Jean-Yves Le Borgne est un avocat français né le 6 juin 1950.

Pendant deux décennies il plaide, souvent en défense, dans les tribunaux correctionnels et les cours d’assises, et devient l’associé de l’avocat Christian Saint-Palais. En parallèle, il forme de jeunes avocats, entre au Conseil de l’ordre ce qui ensuite le conduit au vice-batônnat. Il fonde un temps dans les années quatre-vingt un micro-parti avec Gilles-Jean Portejoie et Olivier Stirn, l’Union centriste républicaine.

À partir des années 1990, Jean-Yves Le Borgne s’oriente vers le droit pénal des affaires. Il devient notamment l’un des avocats d’un directeur de cabinet de Jacques Chirac, parvenant à obtenir le report du procès de ce dernier. Il est membre du conseil de l’ordre des avocats de Paris de 1992 à 1994.

Se décrivant comme « gaulliste de gauche », Jean-Yves Le Borgne s’engage pour la réforme de la garde à vue en France et préside l’Association des avocats pénalistes de France, succédant à Jean-Louis Pelletier et précédant Corinne Dreyfus-Schmidt.

Il est dans l’affaire Bettencourt l’avocat de l’homme politique Éric Woerth, et a également comme clients l’ancien maire de Paris Jean Tiberi et le rappeur Joey Starr. (Wikipédia)

Jean-Yves Le Borgne est interviewé par Philippe BILGER, où il raconte sa vie, son métier…