L’affaire du courrier de Lyon est la plus mémorable erreur judiciaire de l’histoire de France.
Elle démontre la fragilité des témoignages humains.

Le procès de Lesurques et de ses prétendus complices se déroule en août 1796. Devant le tribunal de la Seine comparaissent six hommes. Outre Lesurques, les accusés se nomment Couriol, Guénot, Richard, Bruer et Bernard.

Ils sont déférés devant les juges pour l’attaque d’une malle poste transportant 7 millions d’assignats destinés à l’armée d’Italie. Le 28 avril précédent, on a retrouvé, non loin de Melun, la voiture vidée de son chargement et les cadavres lacérés du postillon et du courrier. Il n’y avait aucune trace du seul voyageur monté à Paris dans la malle poste, un dénommé Laborde, marchand de vins.

Les enquêtes menées à Melun et Paris amènent donc à l’arrestation des hommes cités plus haut.

Lesurques clame que tout cela est un terrible malentendu et que le procès prouvera son innocence. Mais en 4 jours son sort est réglé de façon tragique.