Créée à l’initiative de plusieurs avocats passionnés de cinéma, l’association « JUSTICE et CINEMA, les rencontres de La Rochelle «  se propose d’offrir sur deux ou trois jours des rencontres autour de films sur la justice chaque année sur un thème différent suivis d’un débat avec la salle et nos invités.

Un partenariat s’est institué avec l’Ordre des avocats de La Rochelle-Rochefort, la Mairie de La Rochelle, l’université et la faculté de droit de la Rochelle, le Crédit Industriel de l’Ouest, le complexe CGR, le tribunal de grande instance, le Ministère de la Justice.

Ces rencontres sont ouvertes à tous, grande famille judiciaire, étudiants, tout public.

Pour un coût particulièrement modique, chacun peut ainsi voir, revoir ou découvrir des films magnifiques anciens et plus récents qui servent de support et de prétexte aux débats qui suivent les projections.

Les invités, grands témoins, viennent du monde judiciaire, de la presse, du cinéma, de l’université et enrichissent notre réflexion sur les questions traitées toujours d’actualité.

En outre, les invités ayant presque tous écrit sur le thème choisi, présentent et dédicacent leurs ouvrages dans des moments de franche convivialité.


La première édition (mars 2009) a traité des erreurs judiciaires et a proposé »les inconnus dans la maison », film de fiction dans lequel RAIMU crève l’écran à l’occasion d’une plaidoirie époustouflante. Puis « l’affaire du courrier de LYON » dans sa version ancienne avec l’immense acteur Pierre BLANCHAR, et enfin « le pull over rouge » dont longtemps encore, on s’interrogera sur l’existence ou non d’une erreur judiciaire dans ce terrible fait divers qui a conduit Christian RANUCCI à la guillotine.

Pour en parler, Patrick DILS innocenté après 15 ans de prison, Alain MARECAUX et Roselyne GODARD, tous deux innocentés d’OUTREAU ont bouleversé la salle. Denis SEZNEC a décortiqué les mécanismes terribles qui conduisent à fabriquer des erreurs.


La seconde édition (septembre 2010) était consacrée à la prison à l’écran.

La prison, hier : La Rochelle terre de bagne, pour se rappeler que de 1873 à 1938 date du dernier convoi, tous les bagnards sont passés par La Rochelle puis Saint Martin de Ré avant d’être embarqués tel du bétail dans ces sinistres « bateaux cages » pour la GUYANE d’où 99% des condamnés, transportés ou simples relégués, ne sont jamais revenus. Des images d’archives et documents chocs ont été présentés par Denis SEZNEC grand spécialiste du bagne.

La prison aujourd’hui : le constat. Nous avions choisi le film un « Condamné à mort s’est échappé «  de Robert BRESSON dont la sublime musique de MOZART qui accompagne tout le film nous reste encore dans la tête. Pour en parler, le Directeur de la centrale de Saint Martin de Ré, le directeur du service de probation, une psychologue, un médecin psychiatre qui toutes deux interviennent en milieu carcéral et un juge de l’application des peines.

Enfin, quelle prison pour demain. Le film choisi était « le TROU » de Jacques BECKER tiré du roman de José GIOVANNI qui traite d’un fait divers réel et dont l’épilogue est saisissant.

Nos invités, Jean Louis KEITA, ancien Bâtonnier du barreau d’AIX en PROVENCE grand avocat pénaliste spécialiste de la Cour d’assises, Patrick DILS qui a ému la salle en racontant ses 15 ans d’enfer en prison et Jean Marie RENOUARD, sociologue, écrivain, professeur à l’université de BORDEAUX et la présence amicale de l’actrice, romancière, professeur et animatrice de l’atelier de lecture à FLEURY MEROGIS, Sylvie NORDHEIM. La salle a vécu là encore des moments particulièrement intenses et forts.


Pour l’année 2011, le thème retenu était le Juge d’instruction à l’écran (10 et 11 juin 2011)

Cinéma l’OLYMPIA (lieu mythique de cinéma) en centre ville près de la Cathédrale, place de Verdun.

Un moment qu’il ne fallait pas manquer pour cette 3e édition.

Le livre choc d’Alain MARECAUX, « Chronique de mon erreur judiciaire » a été porté à l’écran par le réalisateur Vincent GARENQ sous le titre « PRESUME COUPABLE »

Le grand acteur Philippe TORRETON joue le rôle d’Alain MARECAUX.

Nos relations d’amitié et la renommée grandissante de notre festival ont fait que la production du film et le metteur en scène avec la complicité de notre ami, acquitté d’OUTREAU, nous ont permis de présenter le film en avant première le samedi 11 Juin en présence du réalisateur et de l’acteur Raphaël FERRET qui interprète le Juge BURGAUD.( la sortie nationale dans les salles était prévue le 7 Septembre 2011)

Le film a remué la salle archi comble. Le thème retenu a donné lieu à des interventions éblouissantes de Maître Paul LOMBARD qu’on ne présente plus, l’une des plus grandes voix des prétoires, et de Jean Louis KEITA notamment (avocat de CARLOS, Omar RADDAD, Patrick HENRY et beaucoup d’autres). Les autres films présentés ont permis de revoir Michel GALABRU jouer de façon magistrale un sinistre serial killer qui a sévi dans les années 1890, Joseph VACHER dans le film « Le Juge et l’assassin » puis Jacques PERRIN jouer le rôle du Juge MICHEL assassiné à Marseille dans les années 1980 dans le film, « Le Juge ». Paul LOMBARD qui l’avait personnellement connu a pu nous révéler quelques souvenirs très forts et particulièrement émouvants. C’est ça les rencontres de La Rochelle !!


L’année 2013 était consacrée à… l’Avocat à l’écran

Trois films ont illustré le thème ;

« La vérité » de Henri Georges CLOUZOT. Affrontement inoubliable entre l’avocat de la victime ( Paul MEURISSE) et celui de l’accusée (Charles VANEL) et Brigitte BARDOT sûrement dans son meilleur rôle.

« Les bonnes causes «  de CHRISTIAN JAQUE, L’acteur Pierre BRASSEUR offre une autre version de l’avocat avec le talent qui est le sien et le grand BOURVIL dans un rôle inhabituel de Juge d’instruction.

« Un crime au paradis » de Jean BECKER avec André DUSSOLIER et Jacques VILLERET. Le remake du film de Sacha GUITRY «  la POISON » ou …comment réaliser un crime parfait avec la complicité de son avocat..

Ce dernier film était suivi d’un débat sur le métier d’avocat aujourd’hui et des réponses aux mille questions que les spectateurs se posaient… avec le ténor des assises et des stars Hervé TEMIME, Avocat de Bernard TAPIE, Catherine DENEUVE, Isabelle ADJANI, Dr DELAJOUX, la famille LEROUX dans l’affaire AGNELET tout récemment évoquée et tant d’autres, auteur du livre « La défense dans la peau ».

Jean Louis KEITA, ancien Bâtonnier d’Aix en Provence, un habitué du festival, fils spirituel de Me VERGES récemment disparu, et avocat de Omar RADDAD, CARLOS, Patrick HENRY, etc…, Lionel BETHUNE DE MORO, ancien Bâtonnier d’Angoulème, brillant pénaliste, Madame la Présidente du tribunal de grande instance.

Deux particularités d’importance ont marqué cette année 2013.

Un partenariat avec l’éducation nationale avec une séance dédiée le vendredi matin à des classes de terminales de plusieurs lycées de la région et un second partenariat avec le Ministère de la Justice via le Conseil Départemental d’Accès au Droit (CDAD) très actif en Charente Maritime.


Le thème retenu pour la 5e édition était « le doute » en justice.

Depuis les débats enfiévrés de l’Assemblée Constituante qui l’a créé en septembre 1791, notre procédure pénale repose sur le principe de l’intime conviction des Juges. Le juge, les jurés en cour d’assises ne condamnent que si ils ont l’intime conviction de la culpabilité, que si ils ne doutent plus. Mais le doute a vocation à prévaloir partout, pas seulement dans les Cours d’assises. Et chacun doit s’en imprégner, Juges certes, mais avocats, jurés, experts, psychiatres, médecins…. Pour illustrer ce thème sur lequel l’actualité récente nous invitait à réfléchir s’il en était besoin, les films choisis nous ont permis de voir et/ou revoir « Les risques du métier » film dans lequel jacques BREL interprète avec justesse et émotion un instituteur accusé de viol et d’attouchements par des élèves et « le dossier noir ». Ces deux films d’André CAYATTE, avocat, journaliste, scénariste et réalisateur ont permis d’aborder des thèmes difficiles comme la parole de l’enfant et de faire le point 10 ans après OUTREAU et le doute qui anime le Juge d’instruction dans la conduite de ses dossiers. Le samedi 27 septembre, un grand moment de cinéma avec la projection de « Douze hommes en colère » ou le triomphe du doute qui doit habiter les jurés en cour d’assises. Comment un juré tout seul en vase clos que constitue la salle des délibérés peut renverser les a priori, préjugés et la conviction des 11 autres jurés ? Pour en débattre, le plateau était composé de Georges FENECH, magistrat, député du Rhône, membre de la commission des lois, co rapporteur de la loi du 20 juin 2014 sur la révision des condamnations pénales, de Denis SEZNEC (habitué du festival) dont précisément cette loi nouvelle pourrait permettre de réviser la décision de condamnation de son grand père Guillaume SEZNEC, du Bâtonnier Lionel BETHUNE de MORO, d’un psychiatre et d’un Juge de l’application des peines. Le vendredi 26 au matin, plusieurs classes de différents lycées accompagnées de leur professeur, avaient pu après la projection du « dossier noir » échanger avec les intervenants sur le thème du doute. Encore des moments enrichissants offerts aux spectateurs qui attendent maintenant avec impatience la 6e édition !,


La 6e édition du festival s’est tenue les vendredi 25 et samedi 26 Septembre 2015 sur le thème de « la médiation, rendre la Justice autrement ».

Ce thème s’inscrivait totalement dans l’actualité judiciaire et constituait l’un des piliers de ce qui a alimenté de nombreuses discussions dans des colloques consacrés à la Justice du 21e siècle.

Les films choisis étaient « Kramer contre Kramer » le vendredi 25 au matin, « CASUS BELLI » le vendredi après midi (film documentaire belge réalisé par Anne LEVY MORELLE, présente au débat du samedi 26 septembre, et qui expose la médiation en Belgique, pays en pointe sur cette pratique, et « CARNAGE » de Roman POLANSKI, programmé samedi 26 Septembre dont le sous titre aurait pu être « et si les parties avaient eu recours à la médiation le carnage eût il pu être évité ?? » Pour en parler, Monsieur GASCHARD, Premier Président de la Cour d’appel de Poitiers, Christiane FERAL SCHUHL ancien Bâtonnier de Paris,

Michèle JAUDEL, avocat et médiateur à Paris et responsable du pôle médiation au Barreau de Paris,

Anne LEVY MORELLE, philosophe et réalisatrice belge du film « Casus Belli »,.

Guy BOTTEQUIN, médiateur et auteur suisse qui a écrit notamment la pièce « Sweet Justice » jouée au théâtre des Champs Elysées.

Myriam BACQUE, médiatrice rochelaise, Philippe BERTRAND, Président de la Chambre commerciale de la Cour de PAU.

Jean Louis KEITA, ancien Bâtonnier d’Aix en Provence.

La médiation, devenue désormais une pratique courante et probablement obligatoire avant tout procès.

C’était l’occasion de s’y intéresser au travers des expériences vécues de nos intervenants.


Le thème de l’année 2016 des vendredi 14 et samedi 15 Octobre 2016 était « Peut on faire justice soi même »

A l’appui de ce thème, était présenté le vendredi 15 Octobre le film de Jean Jacques ANNAUD « Coup de tête » avec le regretté Patrick DEWAERE.

Et Samedi 16 Octobre, le dernier film du réalisateur Vincent GARENQ qui était déjà venu à La Rochelle présenter en avant première « Présumé coupable » qui nous a fait le plaisir de venir à nouveau présenter « Au nom de ma fille » film sorti en mai 2016 avec l’acteur Daniel AUTEUIL.

Ce film retrace l’histoire de Monsieur BAMBERSKI qui a fait enlever en Allemagne pour le livrer à la justice française, le Dr KROMBACH, l’assassin de sa fille Kalinka que la France avait pourtant condamné par contumace mais que l’Allemagne refusait d’extrader.

Le réalisateur Vincent GARENQ est donc venu expliquer sa démarche et présenter son film avec brio et passion.

Chaque année, un avocat de renom est invité.

Cette année 2016, nous avons accueilli l’avocat de Monsieur BAMBERSKI, Maître François GIBAULT, avocat à la Cour de Paris et qui est aussi un grand écrivain.

Il est notamment l’auteur d’une biographie magistrale de Louis Ferdinand CELINE dont il fut l’exécuteur testamentaire et plus récemment d’un livre de mémoires en deux tomes « LIBERA ME » (Gallimard) qui livre quelques portraits et anecdotes truculents.

Nous avons eu également le plaisir de recevoir Philippe BILGER, ancien Avocat Général à la Cour de PARIS et qui a tenu plus de vingt ans le siège d’Avocat général à la Cour d’assises de Paris, dans les plus grands procès criminels (Emile LOUIS, les disparus de l’Yonne, Youssef FOFANA, le gang des barbares, etc…)

Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages et Président de l’Institut de la parole qu’il a créé.

Les échanges, passionnés et passionnants ont comblé la salle tout en restant toujours accessibles en dépit par moments d’une forte élévation spirituelle.

De beaux moments, riches et intenses.


Le thème 2017 sera « la raison d’état ».

De belles surprises s’annoncent….

Les informations de date, lieu, films et invités vont venir sous peu !

 

Dans les archives

Abonnement

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.